COLT 1847 " WALKER" L'arme des TEXAS RANGERS

Après avoir vendu le Paterson, Colt avec les conseils du Capitaine Walker adapta son concept pour améliorer la puissance de ses armes tout en conservant ses avantages. Naquit un monstre qui devint pour longtemps le revolver le plus puissant du monde. On disait de lui qu'il était plus puissant qu'une carabine de cavalerie et en plus il tirait 6 coups sans rechargement. 
Utilisé par les Texas Rangers, une commande de 1000 exemplaires fut lancée et 100 autres pour le marché civil et la démonstration, il ne sera pas construit d'autres exemplaires. De nos jour un Colt Walker vaut une petite fortune.

Je vous propose l'histoire de cette arme de légende.

En 1836, le Texas se déclare république indépendante. Son territoire était énorme, même selon les normes du Texas. La République réclamait le Rio Grande comme frontière sud. Le Mexique déclinait cette organisation considérant la rivière Nueces comme ligne de démarcation. En 1845, les États-Unis annexèrent la République du Texas. Le changement de souveraineté ne mit pas fin au conflit territorial avec le Mexique. Durant toute l'année 1846, une série continue d'escarmouches entre les Texans rebaptisés Américains et les Mexicains se transforme en guerre ouverte.

Troupes Texanes en 1836 Bataille de San Jacinto

En 1847, la guerre américano-mexicaine battait son plein. Samuel Walker un ancien Texas Ranger et capitaine des Mounted Rifles États-Unis entre en scène, son expérience du combat avec les Paterson calibre 36 de Samuel Colt avait convaincu le capitaine Walker de l'utilité du pistolet révolver comme arme principale de la cavalerie.



Walker s'est tourné vers Colt pour la fourniture de pistolets plus efficaces que le vieux Paterson, une arme dédiée aux cavaliers qui devait être plus puissante d'un calibre 44 ou 45 et capable de tirer 6 coups soit 1 de plus que le Paterson, l'encombrement et le poids restant une préoccupation marginale, l'arme devant à la fois remplacer le révolver et la carabine des cavaliers. Le résultat est un monstre long comme l'avant bras, lourd et puissant de calibre 44. Destiné à être fourni en paire et stocké dans des fontes de selle, le poids qui le rendait presque impossible à porter au ceinturon ne fut pas considéré comme un handicap au départ.

Capitaine Samuel Walker 

Colt possédait le brevet exclusif pour le développement des révolvers, mais la faillite de l'usine de Paterson était consommée, les commandes n'ayant pas afflué autant que souhaité. Colt associa au marché un homme qui non seulement possédait les machines pour fabriquer le futur pistolet, il fabriquait aussi la carabine 1841 utilisée dans le conflit Mexicain. Eli Whitney croyait en ce marché pour la cavalerie et s'associa à Colt pour produire la nouvelle arme projetée selon les prescriptions de Walker et de Colt.

En Janvier 1847 , l'armée lance un contrat portant sur 1000 pistolets et leurs accessoires. Les armes livrées mesuraient 16 pouces de long pesaient quatre livres et neuf onces. Plus grands que les pistolets d'arçon 1836 et 1842 à un coup, ils étaient conformes aux spécifications du capitaine Walker.


A la fin Octobre, le colonel John « Jack » Coffee Hays des volontaires du Texas récupéra 394 revolvers pour participer au siège de Vera Cruz. Un autre lot de 180 fûrent distribués à la compagnie C du colonel Walker des US Mounted Rifles.

Colt Walker en coffret avec ses accessoires 

Samuel Colt avait réservé une centaine d'armes pour les offrir à des donneurs d'ordres et des personnes en vue pour attirer les marchés ainsi que pour la vente aux civils. C'est ainsi que Jack Hays,Sam Walker , Zachary Taylor et certains officiers avaient eu la chance de tester la nouvelle arme et de s'en trouver propriétaire.


Le plan de distribution initial était de doter chaque cavalier de deux pistolets, une poire a poudre, un moule à balle et l'outil combiné (tournevis, clef à cheminée et démonte-ressort). Habituellement les dragons portaient les armes dans des fontes d'arçon au pommeau de selle.

En fait l'armée toujours à l’affût de la moindre économie avait calculé que un seul revolver avait le triple de la puissance de feu des pistolets d'arçon. Ce qui fut considéré comme une grande avancée. On ne distribua donc qu'une arme par cavalier. Ce qui en fin de compte revenait à manquer d'accessoires pour les 500 armes restantes.

Elle restèrent dans les arsenaux à attendre leurs équipements au lieu d'être au service des hommes.

Le Walker est inimitable par sa taille et son poids.

 

Comment naquit la légende.

 

La traduction du mot Révolver par les mexicains fut sujet à une erreur étrange laissant à penser que les balles tirées par les révolvers étaient capables de changer de direction et de chasser leur cible dans les coins et même cachées en haut des escaliers.

L'adjudant John S.''RIP'' Ford assuraient que les révolvers Walker avaient la même puissance que les Mississippi Rifle 1841 et avaient même une plus grande portée, cette évaluation est certainement exagérée, mais elle prouve l'estime et la confiance des hommes pour leur nouvelle arme.


Apprenant que les ordres de l'état major général étaient de ne pas doter les officiers des nouvelles armes pour les réserver à la troupe, certains comme le médecin de la compagnie C et l'adjudant Ford ont intercepté la livraison et se sont servis les premiers.

Samuel Walker fit lui même la démonstration à ses hommes des capacités du nouveau révolver. Retraversant le camp alors que les hommes découvraient leurs armes, il conseilla à une jeune recrue de mettre son arme en sécurité et d'enlever les amorces de sur les cheminées. Quelques instants plus tard, une détonation retentissait et le cheval du jeune cavalier s'écroulait, une balle lui ayant traversé le crâne de part en part ! Une grosse balle ''Picket'' tirée par le Walker.

Cette balle cylindro-conique inventée par Picket fait partie de la légende de cette arme, même si parfois elle n'est pas mentionnée. Les armes précédentes des cavaliers tiraient des balles rondes. Cette nouvelle arme couplée à cette balle au profil original causa quelques difficultés aux troupiers, qui parfois n'avaient pas compris que la base large devait être introduite la première dans la chambre. Il arrivait que la balle enfoncée pointe en avant dans la chambre soit la cause d'explosion de barillet.

 

Le barillet du Walker est d'une profondeur impressionnante et permet de contenir une forte charge de poudre. Dans le cas de chargements exagérés, mal fait et avec une balle enfoncée de travers, il est possible que cela puisse causer des allumages en chaîne qui pouvaient finir en explosion générale du barillet. Si il est certain que ces mésaventures furent connues, leur importance et leur nombre fut sûrement exagérées.

On parle de 300 armes qui auraient explosé, mais sont inclus dans ce nombre les armes qui l'avaient fait lors des tests de réception et qui donc n'ont jamais atteint la mise en service.


Quand les troupes rentrèrent après les campagnes de la guerre, 109 armes étaient endommagées y compris les armes avec barillet explosés. Les principaux reproches fait au revolver était des défauts de conception. L'attache du levier de chargement qui n'était pas assez ferme et qui laissait le levier s'abaisser au point de venir bloquer la rotation du barillet. Ce défaut est encore présent sur les copies ! La taille de l'arme était aussi en cause car il était si gros qu'il était presque impossible de le porter à la ceinture.

La puissance et la précision de l'arme avaient été appréciée de même que sa fiabilité, le mécanisme semblait à l'épreuve des incidents.

 

Mort du Capitaine Walker à la bataille de Huamantla . Souvent représenté tué par un coup de lance en fait le capitaine fut tué par un coup de fusil de chasse tiré depuis un balcon. Son révolver s'étant enrayé .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Colt Walker au combat.




En Novembre 1857 moins d'un mois après la réception de leurs armes, les Texas Rangers volontaires, une troupe de 150 cavaliers furent engagés contre une force de 1500 Mexicains à Plazza 
Les premières lignes furent bousculées sans coup férir, les fantassins se sauvant devant la charge des '' Diablos Trejannos'' (Démons du Texas) et se réfugiant dans les maisons de torchis blanc du village. Le colonel Jack Hays entrainait ses troupes dans la rue principale du village. Quand ils débouchèrent sur la large esplanade centrale de l'autre côté se tienait un bataillon de lanciers mexicains en uniformes rouges, casques dorés copiés sur les uniformes français, la lance haute, les fanions claquant au vent. Ils sont sous le commandement du padre Jaranta, prophète religieux du nationalisme et homme de guerre. Les troupes se regardent un instant. Les lances se baissent à l'horizontale et un frémissement agite le rang avant que les chevaux ne bondissent en avant dans un bruit d'enfer. Les Rangers sont immobiles, alors que gronde la vague des lanciers, le révolver au poing canon pointé au ciel. Soudain, sans que le moindre ordre soit lancé, la ligne des Texas ranger s'ébranle au petit pas, puis accélérant brutalement ils chargent la ligne compacte des mexicains. Arrivés à moins de 10 mètres, le tonnerre des Colt ébranle le ciel, la fumée est compacte, les cavaliers mexicains semblent se heurter à un mur de plomb. Les lignes se croisent et le combat devient une série d'escarmouches, une fois engagés les révolvers donnent l'avantage et les lanciers sont devenus des cibles.

La totalité des lanciers sont hors de combat, le padre Jaranta est blessé, en quelques secondes une centaine de mexicains sont morts. Une troupe équipée de ces nouveaux révolvers semble capable de mettre en déroute des unités classiques avec une facilité incroyable ! Il semble que le revolver est en train de changer la donne sur le plan militaire pour la cavalerie.

 

Les Texas Rangers n'ont pas d'uniforme officiel mais leur aspect est redoutable. Certains portent des chemises en peau de daim noir, d'autres des chemises rouges pour éviter qu'on puisse voir le sang et la graisse qui les éclabousse. Les pantalons sont enfoncés dans des bottes à haute tige, à la ceinture ils portent des Bowies Knifes énormes ou parfois dans leurs bottes, certains portent tout de même leur arme à la ceinture malgré sa taille. Les hommes sont barbus, peu soignés, couverts de crasse et de poussière, leurs yeux féroces les font plus ressembler à des hors la loi du Lone Star State qu'à une troupe officielle. Ce nouveau monde est violent et pour faire respecter l'ordre, il doit avoir des hommes capables de lutter à armes égales avec les pires bandits que la terre aie porté. Les Texas Rangers sont ces hommes.



Au printemps 1848, quelques mois après la fin de la guerre Américano-mexicaine, l 'état major met en service les 500 révolvers jamais distribués qui croupissent dans l'arsenal de Bâton Rouge. Ils sont expédiés à l'armée de l'Ouest et aux Texas Rangers toujours troupe fédérale. Ils combattent maintenant les despérados et les indiens sur la frontière du Texas.

 

Les armes distribuées du premier lot de 500 ne sont pas rentrées ou très peu dans les arsenaux. A la fin du conflit, les cavaliers ne rendaient presque jamais leurs armes et partaient avec une fois démobilisés. Souvent l'arme était déclarée détruite ou perdue. Tenter de les récupérer de force était totalement impossible.

 

 

Une arme aux lignes pures, une puissance hors du commun. Une arme d'exception 
1100 exemplaires seulement ont été fabriqués. 

Colt 1847 Walker ayant appartenu à la 53 Company

La longueur de la console de raccordement du canon est évidente. 
La profondeur du barillet énorme, permet de loger toute la poudre que l'on désire.

US 1847 - Cette marque  US suivie de la date du modéle est le signe d'une utilisation                                                   réglementaire

Les encoches d'arrêt du barillet sont rondes comme sur le Paterson.   Notez le cone de raccordement barillet/canon trés court.

 

A part sa taille, le Walker est très proche du 1851 qui fut plus largement diffusé.

 

Walker au cinéma.. Josey Wales Hors la loi 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vu sous cet angle... les Walker sont tout de même assez impressionnants.