La mécanique de base du Colt, depuis le Walker 1847 jusqu'au Colt 1862

L’ensemble mécanique comporte le chien (5), 4 petites pièces très sensibles : le bilame (3), le verrou ou arrêtoir (2), le doigt élévateur (1) la détente (4) et le grand ressort de chien en V (7) qui se loge dans la crosse, pièce en bois creuse. Elle est cerclée à l’arrière par un cadre en acier qui est fixé en haut, derrière la carcasse et qui est vissé en bas sur la pièce en laiton (8) faisant corps avec le pontet (9). Le levier de chargement + le refouloir (10) et la clavette (11) constituent les pièces mobiles. On voit dans le canon une fenêtre qui correspond à celle située en bout de l’axe de barillet, 2 fenêtres qui doivent s'ajuster, dans lesquelles se loge la clavette de maintien de l’ensemble du revolver : lorsqu'elle s'enfonce elle serre la canon et la carcasse et tient effleurer le barillet avec un jeu minimal. On verra pourtant des Walkers qui fonctionnent avec un jeu d'1mm... car cette arme lorsqu'elle crache la poudre, fait un petit feu d'artifice ! On peut rattraper le jeu avec un peu de doigté et une lime.