On m'a fait remarquer que , dans les articles que je rédige sur le sujet des Gunfighters , j'ai tendance à " enfoncer le clou " quant aux exagérations et aux inexactitudes cinématographiques des westerns

 

 

Peut-être , mais ce n'est que par un souci constant de respecter la vérité historique et ainsi vous apporter un récit authentique car , à mon sens , il n'est de bonne documentation que celle se conformant strictement aux faits réels et non extrapolés dans un but romancé . 

Sachez cependant que je suis un tres grand cinéphile , westerns y compris , bien sur , mais je privilégie ce pour quoi l'invention des fréres Lumière fut conçue : le rêve , l'évasion , la fantaisie.... Et si film historique , il doit y avoir , je m'insurge contre les libertés prises à l'encontre de la réalité ,  mais sans plus . C'est d'ailleurs pourquoi j'ai un faible pour les westerns de Sergio Léone , baptisés à tort par leurs détracteurs de " westerns spaghetti " , cette dernière appellation s'appliquant aux pâles imitations engendrées par ceux que je définis comme "suceurs de roue " et je ne citerais personne mais j'ai des noms ....

Dans le cas des films de Léone , les situations sont tellement outrées , qu'elles séduisent par leurs flagrantes impossibilités et se dégustent comme une bande dessinée de choix . Je cite à nouveau l'exemple de l'habileté au tir des protagonistes : tout à fait irréaliste , mais tellement amusant ! D'un autre coté , ce qui m'emballe , c'est l'esthétique ultra soignée du reste : les costumes , le matériel " d'époque " , les décors , ...." gueules " , surtout : bref un ensemble savamment dosé , qui , ajouté à une fantastique maitrise de la caméra , contribue à reconstituer une ambiance plus vraie que nature ! D'ailleurs , n'en déplaise aux inconditionnel du western exclusivement américain et , bien que je prise énormément les grands classiques de Ford , Hattaway , Peckinpah ou Hawks , et leurs fabuleux interprètes : le " Duke " : John Wayne himself , Kirk Douglas , Burt Lancaster , Gary Cooper , Lee Marvin , et , j'arrête , la liste est trop longue , le maestro Léone me fascine : il a su , avec peu de moyens ( enfin au départ ) , recréer une atmosphère plus intense , pour ne pas dire carrément animée d'un souffle épique . En outre , ses films étant de pure fiction , on ne saurait l'accuser de bousculer l'Histoire , celle ci ne servant qu'à la mise en situation de l'intrigue , n'étant qu'un support aux aventures des personnages.... Il est quand même le premier à avoir démystifié les "héros " du western , où , personne , comme ce fut le cas dans la réalité , n'est tout bon ou mauvais , excepté Frank , campé par Henry Fonda ( magnifiquement utilisé à contre-emploi) dans " il était une fois dans l'Ouest " un véritable salaud celui là ....

Enfin n'oublions pas : la cerise sur le gâteau : l'inoubliable musique d'Ennio Moriconne qui ajoute une densité wagnérienne à l'ensemble ...

Alors , convaincu de mon intérêt pour le cinéma ?... Bien , mais comme je ne pourrais me départir de ma passion pour l'Histoire non plus , je vais une derniere fois remettre la pendule à l'heure en vous citant quelques exemples , sommairement de personnalités parmi les plus connues . Sommairement dis -je , car , pour en être hautes en couleurs , et bien qu'archi célèbres , le parcours respectif véritable de ces figures n'en fut pas moins bref , et ne pourrait faire l'objet d'un récit très étoffé de leurs ( prétendus ) exploits ....Et comme je n'aime pas les baudruches , au propre comme au figuré , ça ne se remplit que de vide , pour vous péter à la figure ensuite ...Vous voyez c'que j'veux dire ?...

 Avertissement : " Nous autres , dans l'Ouest , entre la vérité et la légende , nous choisissons toujours la légende ..." (   L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE , John Ford , 1961 ) . Dont acte . 

 

 

 

Earp , Wyatt : ( 1848-1929 )

J

Lire aussi mon article dans la page " GUNFIGHT AT OK CORRAL . 

A la fin de sa vie , il monnaya sa biographie au trop crédule Stuart N Lake qui goba goûlument tous ses mensonges , dont s'inspirèrent John Ford ( LA POURSUITE INFERNALE )  et John Sturge ( REGLEMENT DE COMPTE A OK CORRAL ) . Jusqu'à ce jour , personne n'a osé montrer le (presque) faux marshal , le vrai souteneur et littéralement chef de gang Earp qui , avec ses frères et cette ordure de Doc Holliday , exterminèrent le gang des Clanton-Mac Laury à Tombstone ....Tombstone , où annuellement , leurs crimes paient grâce à la " reconstitution historique", pour les touristes , de cette fameuse tuerie . 

 

              

 

The James boys 

     JESSE (1847-1882) et  FRANK ( 1843-1915)

                           

Deux frères , fils d'un estimable révérend dans le << Bloody Kansas >> ou dès 1854 , s'affrontèrent pro et anti-esclavagistes . Membres de guérillas sudistes durant la Guerre de sécession ( 1861-1865) , les James poursuivirent la lutte au lendemain de la capitulation du Sud . Pour la cause , en attaquant les banques et les chemins de fer nordistes . Tous les deux << bien - aimés >> alors ...Puis détestés , ensuite , pour leurs meutres et leurs hold-up . Chassés comme gibier jusqu'au jour ou << ce sale froussard  Bob Ford , mit le pauvre Jesse au tombeau >> en le tuant traîtreusement . Frank , lui , mourut dans son lit . 

 

 

ROBERT ( BOB ) FORD 1862-1892

L'ASSASSIN DE JESSE JAMES 

billy the kid 

( 1859-1881 )

 

Billy the kid ou Henry Mc Carty , dit William Bonney , dit " The Kid " , on ne sait pourquoi . Un grand blond aux incisives à la Bug Bunny ( très délicieusement caricaturé ainsi , d'ailleurs , par Morris dans la BD éponyme de Lucky Luke ) , aux petits pieds et petites mains . Q.I. très moyen , mais ni idiot , ni gaucher . Un peu vif sur la détente sans être , toutefois , un maniaque de l'homicide . Simplement contraint par les circonstances , de tuer sept ou huit hommes et non vingt et un comme le raconte sa légende . Abattu à son tour par son << ami >> , le shérif Pat Garret . 

 

 

BUTCH CASSIDY 

( 1866-1909 )

Butch Cassidy ou Robert Parker , fils d'un pasteur mormon , il commença à charger son casier judiciaire en 1889 et fut admis , dès lors , dans LA HORDE SAUVAGE  ( The wild Bunch ) , réfugiée épisodiquemment et par pressante nécessité , dans les canyons isolés du Hole-in -the-wall ( Wyoming ) . Cassidy et Longabaugh , dit Sundance Kid  (Sundance , le lieu de leur rencontre dans ce dernier état ) se partagèrent les faveurs de la belle Eva Place qui les accompagna en Amérique du Sud , lorqu'il leur fallu prendre le large ( 1901 ) . L'on ne sais trop ce qu'il advint de leur égérie par la suite . En 1909 , sur la frontière bolivienne , Cassidy et Sundance , cernés par les soldats après un holp-up , jouèrent leur dernière carte . Le second blessé , fut achevé d'une balle dans la tete . << A raindrop is falling on my head >> dit la chanson

JJudge Roy Bean

  (1825-1903 )

 

 

Pittoresque et singulière figure de Tartarin galéjeur du Sud-Ouest des U.S.A à la fin du 19eme siècle . De sa biographie nébuleuse , émerge cette date du 2 aout 1882 , jour de sa nomination officielle comme représentant de la Loi à Langtry , Texas , au confluent du Rio Grande et de la Pecos . Il se voulait , dès lors , << la Loi à l'Ouest du Pecos >> dans son saloon : The Jersey Lili Saloon , utilisé commme salle d'audience . Avec pour assesseurs ,  les ruffiants du secteur ses meilleurs clients ! Les attendus de ses audiences demeurent de beaux morceaux d'éloquence juteuse , selon la légende. 

Buffalo Bill ( 1846-1917)

 Buffalo Bill ou William Frédérick Cody . Zeus olympien de la mythologie en fer blanc du Vieil Ouest . Un pur produit de la publicité , depuis sa prise en charge par le journaliste très inspiré Ned Buntline . Ou comment un garçon des plaines accéda à la notoriété universelle en se pliant complaisamment aux exigences du showbizz . << Tout le contraire du héros populaire grandi fortuitement sur << la frontière >> de l'Ouest >> , écrivent ses biographes les plus impitoyables ....

Et ils n'ont pas tort : ce fut une véritable crapule , aussi , mais j'en reparlerai dans un prochain article. 

Marshall Joss Mitchell